mardi 8 janvier 2013

Conduis moi, Fils


Hier tu es venu si mince si beau si ample
De ta simplicité la table était couverte
Ta vie est d’aléas de ces choses dont personne de ton âge ne voudrait
Tu n’as pas de besoin
Tu n’as d’autre ambition que d’accueillir les autres pour ce qu’ils t’
offrent chaque jour

Le matin tu plantes des arbres et des fleurs pour ta ville parce que vivre de ce qu’on dessine
Ce n’est pas simple aujourd’hui
Et pour vivre un peu mieux tu portes des cercueils

Le soir
après ces longues journées à malaxer la terre ou regarder la vie s’enfouir comme une graine
Tu prends tes vieux bouquins de maths et résous des équations
Comme ça pour le plaisir.
Conduis moi, fils
Toi qui as tout compris
Toi qui humble reçois toutes les dissonances
Comme un cadeau
Toi qui de tes minutes tristes a su faire un viatique
Conduis moi Fils

Bien des guerres t’attendent que l’on ne connaît pas
Bien des fronts bien des coups
Qui feront tant de mal au passé au futur
Conduis moi,Fils, et s’il y a des révoltes
J’irai pour toi.

Aucun commentaire: