mardi 8 janvier 2013

Retour




photo prise par Michel ce dimanche...


 

Elle t'attend
elle pressent des cailloux aux parlers inconnus
sous tes pieds tes genoux les lettres de la montagne
 

Elle s’ennuie en ton absence
Il a plu tout hier

Pendant que vous cherchiez dans la neige tardive l'énervement des formes
j'épouxnommais le temps
Ne me dis pas que tu n'as vu l’inclinaison subite
au bord de la chaussée

des graminées qu’invite le vent à se coucher

Ne me dis pas que tu n'as pas senti sous les roues quelque chose
entendu les vallées et les monts

transparences emboitées
feuilles au bord de l'abandon
se
fondre dans la brume soudaine

Il a plu tout hier

Elle sait ton retour
où que tu sois
écoute


La maison tire sur la route

1 commentaire:

René Chabrière a dit…

Avec la deuxième partie de mon écrit "Mercredi dans les Alpes",
qui me semble en accord avec votre texte...
-


C’est vers Tende, je me souviens

Me rappeler pourquoi, avant la mer

Les pentes sont encore les Alpes

Les replis gardant de petits lacs miroirs



Autant de joyaux liquides

Aux balcons des pentes velours

Le lendemain qui transforme le monde

Attend en silence le départ de l’ombre



Le rideau de lumière, combattant la nuit

Après avoir happé les crêtes,

Peu à peu lui grignote une part de jour

En allégeant son triangle- c’était en rosé



Le lendemain est aujourd’hui, posé

L’aube a relégué mercredi

D’un éclairage nouveau le haut fantasme

de glaces construit le jeudi.

—-

RC

5 fev 2012
-