mardi 8 janvier 2013

Sourcier



Hommage à mon grand-père tant aimé...


        Regard paisible appuyé sur le vent
    tu prenais tout ton temps

La pensée repliée au mûrir
  lieu sans mode d’emploi
tu marchais doucement dodelinant la tête
                cela faisait rire la famille
tes petites folies dont personne ne pouvait tirer enseignement

Mais quand tu la trouvais dans un coin du jardin
    quand nous voyions de loin ta marche déboitée au soleil
        je sais que comme moi ils se demandaient tous si tu n’étais un arbre
    une autre espèce d’arbre
    et comment faisais-tu pour faire parler l’eau
remonter à sa source en serrant simplement cette petite fourche

Grand-Père...

Aujourd'hui me sent riche et pourtant misérable
            de ton savoir
perdu

Aucun commentaire: