mercredi 20 février 2013

Mousse




Les pots de fleurs se sont couverts de mousse

ils ont vieilli d'un seul côté

pendant que je rassemblais les feuilles

pour ne plus craindre le jour d'avant


Leur timbre a changé


Leurs ventres rebondis résonnent sous mes doigts

un chant de terre plus mat

et comme abandonné à ses notes lointaines


Le ciel n'est plus lacé de feuilles cherchant d'un bord à l'autre

un lieu où se poser

le ciel tournoie sous le soleil

et j'ai l'hiver au corps

peuplé de feu brillants


L'herbe s'est épaissie
sur ses destins en eau de pluie

ses ailes repliées et ses cafards de givre

déjà quelques crocus ont ouvert leur image

ne sens tu pas la sève

qui monte

sous nos pas?




Vers elle...



 
Tes chiens m'ont entendue venir
et je me tiens déjà au creux de mes paumes

comme un oiseau transi

Qu’il est noir ton jardin
il se montre du doigt
quelque chose le brûle
sa robe est parsemée de cloques


Nous sommes dans un pli

tout va s’ouvrir

tout va s'ouvrir


je veux croire au surgir du fer où tu me tiens

moi ta graine à chaque fois plus grain

Mais ne s’ouvre que l’évidence

heurte le bois mon cœur pour rien


Repas.

De rares instants
un silence de poutre entre nous se suspend

Repos de l'écoute et du corps

je suis tellement tendue pour m'empêcher de bondir
les yeux ouverts je dors le temps
que s'assoupisse la haine de la vie qui tient debout la tienne

La lumière

se dépeure
illumine la paille de nos gestes
un répit une grâce entre deux escarmouches

Il fait nuit quand je pars

il n’a presque pas cessé de faire nuit
même si le silex de tes mots
ma mère
a entaillé quelques éclats
de moi peu de choses
balaye les





Petit accroc sur la roue du temps






On pourrait croire au venin

du temps quand un matin

d'hiver éclôt en corolles blanches

quand la douceur se penche

nue au travers des branches


Il y a quelques semaines
je me disais tout est chiffon tout est trop tôt

dans mon jardin se paie l'écot

d'une saison qui se rebiffe

et ne veut déployer ses griffes


Puis vinrent la neige le froid le vent
qui rattrapaient en quelques jours leur désobéissance
en installant sur la terre à nouveau gélée
une dernière incandescence


N'écoutons plus les mauvais philtres
le pessimisme qui s'infiltre

et se réjouit du guet-apens

Cette douceur fut accident

petit accroc sur roue du temps

Effets de l'activité solaire sur la climatologie

La tessiture de l'ombre







vallee.jpg


Pour vivre heureux vivons caché disait-on autrefois
si je me reposais sur ces sages paroles
si j'enfermais la salive à double tour d'étoiles?

Je me suis mise au vert et blanc
quelques ombres violettes pour la chair des nuages
improbables nuages coulant d'autres vallées



Il fait nuit
ma fenêtre ne dit rien
voilà ce qui advient quand le soir tombe
sur une journée bien remplie
à crever du pinceau quelques baudruches de solitude
et ça ne sert à rien d'en parler
si ce n'est à goûter mieux encore la tessiture de l'ombre
le plaisir sans adverbe
de la couleur osée




vallee.jpg

Toile en cours...

Haendel, le Messie, Ev'ry valley shall be exalted


dewplayer:http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/4_Musique_Baroque/Haendel/1-03_Messiah__Part_I_No_3_Evry_Valley_Shall_Be_Exalted.mp3&