samedi 2 mars 2013

Scarifiez




200760580.jpg

La ville a allumé ses grands rétroviseurs

Des badauds innocents aux immodestes pitres
  chacun va reniflant un peu de ces lueurs
cramponnées à la nuit

     sur le gluant des vitres

Scarifiez scarifiez

        la vigilance torve des panneaux dépotoirs
     où la publicitue

 


    La vie est consommée
saignée
        à blues à blanc
lettres éparpillées
    il en manque une ici, elle donnait du sens
 peut-être un gros pigeon a-t-il mangé un A
ou un E en faillite
  détaché des enseignes ?
Un jour

faudra s'enfuir
oublier
    les appats boudinés, les bouffons, les pasquins

        leurs livrets de famine
à l'usage des frères cul-terreux,

    leur orgueil en mélisme
qui se bouffe la queue

Scarifiez scarifiez

  virgules hirondelles,
  et   
 juste après,
     un long point de futur.
 
   Sacrifiez, sacrifiez, il en restera quelque chose
sous l'ordure la rose



        Chez moi c’est nulle part, au-delà de la suie,
                                                    Juste après le brouillard

Les absents





200760580.jpg

De plus en plus souvent nous comptions vos absences
lumière, absente
rivière, excusée
espace, racorni
temps... temps?


Comment n'avons-nous pas entendu
qu'il nous faudrait rendre des comptes
à vos propres enfants?

Comment n'avons-nous pas vu venir ce jour où l'éclat d'une flèche
lancée depuis la nuit des mondes
a percé notre coeur?





... D'Espoir


 
200760580.jpg

d'espoir

Je crois au contraire qu’ils attendent
quelque chose qu’on ne leur donne pas
quelque chose que nos coeurs ne savent plus


Leur désir pourtant est si vivant
si humble
de poser un chemin

entre les deux yeux
où les questions se lèvent

ce n’est pas la fatigue
des contes ressassés pour faire croire aux enfants
à des veillées de paumes offertes à l'ennemi

Ce n'est rien de tout ça.

On a cassé les jarres
des porteurs d’eau d’espoir

d'espoir