vendredi 15 mars 2013

Relative idée



Il est un espace en mon coeur qui ignore

s'il pardonne ou bien hait

une sorte de vide

aussi clair que celui qui sépare un trapèze d'un autre trapèze

au moment où les mains se dénouent de la barre

pour tenter un impossible juste


Enfant ces questions ne me taraudaient pas

tout était simple

il y avait ceux d'un côté

et ceux de l'autre

l'histoire les conserverait singuliers

exemplaires


Aujourd'hui je ne sais plus

je vais le long d'un précipice plus fin qu'une ficelle

prête à rouler vers la combe ou le ciel

avec une égale humeur.


Où es tu donc mon coeur

il aura donc éteint ton sens aigu de la justesse

ce goût du temps pour la relativité?




Bachara El-KhouryLes ruines de Bayreuth Op. 37

http://s3.archive-host.com/membres/playlist/1543578952/8_Musique_contemporaine/02_Symphonie_Op_37__Les_Ruines_de_Bayreuth__II_Misterioso.mp3



Juste très peur!







Parfois un être qui surgit...



J
uste très peur

    de son soudain visage
 où les oiseaux
sans bruit prenaient au froid les branches
       juste très peur de son malheur
           son geste en plainte nue
son ombre en bois léger dans les feuilles trop blanches











Le contrebas des crimes


 

Eteinte fête
  et loin
  l'été

beautés frappées de paresse



O ma terre mon jardin ma saison
il est trop tard dans la raison
il lui faut accepter que les fleurs se digèrent
Etrange solitude

Personne n’ose approcher du contrebas des crimes
ça glisse
on pourrait y rejoindre ses propres forfaits



Une chose me chaîne
j’ai laissé mon chapeau
sur la branche des peines