samedi 20 avril 2013

Frustration




Que donnerais-je
pour entendre
et te dire
 ce qu'éprouve le paysagelorsque les vestiges
de nos regards se posent

sur lui


au loin

là-bas

Mon été est comme une auberge







Mon été est une
auberge

         rempli à déborder
 sous l'incendie du ciel
           Hier
alors que se taisait la grive

  une brise est tombée
ivre du chêne où nous étions assis

       Un petit lait du soir sur nos yeux trop rougis

Respirer
par instants

      est lourd comme une terre