jeudi 5 septembre 2013

Mélisse




Il y avait de la mélisse dans les champs
d'un bleu intense
et son parfum de menthe qui déchirait la gorge
   dans notre dos soudain
l'envol d'une poule faisane

       si lourd dans son vêtement de fugue

Mourir est ainsi fait

   de branches écachées pour un ciel plein de cendres


Il y avait le fer du bouillon blanc

         monté en graine un peu de vent
sur le sable défait

nos traces enfoncées au grand peuple des traces


L'été s'usait
    insensible aux prières


Tout nous laissait tremblants et souffle court

furtive est la beauté...