samedi 28 juin 2014

Je voudrais voir au ralenti




Je voudrais
voir au ralenti  l’objet perdu par d’autres yeux
sa lutte contre la conviction hâtive
qui ne lève jamais totalement le doute:

Est-il chaise ou fusain ? Qui en est sûr vraiment ?
Et l’instant - quelqu'un l'a peut-être déjà repéré -où il s’abandonne à la plus combative pupille.
Je voudrais voir au ralenti un son paisible - il fait Zéro sur l'échelle de Beaufort -
enfler à l'infini
puis sa douleur épanouie
pointée vers mon oreille

sous la rage bien perpendiculaire du vent

Je voudrais voir au ralenti le goût d’un fruit et son parfum.
Les molécules avalées m'ont mille fois donné preuve de leur curiosité
pour les
papilles de mes pensées - on pense aussi avec la langue
enfin c'est ce que j'ai retenu de Hegel -
Par quel miracle n'ai-je jamais besoin de tailler le verger qui pousse
dans mon crâne et que ce morceau de pomme a fait frissonner ?


Je voudrais voir au ralenti

la caresse que rien ne fige
le geste si puissant qu'il en devient léger

Mais tout ça, je voudrais le voir au ralenti
fluide comme un jaillissement